Bienvenue

Je parle de tout et de rien, de ce qui me passe par la tête. L’actualité me passionne et ce blogue est écrit essentiellement pour me permettre de déverser le tumulte de ma matière grisâtre devant l’injustice, les préjugés, la violence et l’intimidation, l’ignorance, le mensonge et la manipulation sociale. J’abhorre surtout la bêtise, l’illogisme et la stupidité de certaines personnes d’influence, politiciens, médias, hommes d’affaires et/ou gens ordinaires.

La liste des catégories vous donne un aperçu des sujets auxquels je m’intéresse, elle n’est pas complète. Ex. j’ai une catégorie langue, mais comme je n’ai publié aucun billet sur le sujet, elle n’apparaît pas dans la liste.

Je fais attention à la langue que j’adore, mais j’écris comme je parle; j’invente parfois des expressions qui traduisent mieux ma pensée et pardonnez mes détours avec la syntaxe ou le « bon perler Français ». (Non, non, c’est pas une faute de frappe). En fait, au lieu de parler de la langue française, je devrais plutôt parler de la langue québécoise. Il y a une différence énorme entre les deux. Bien qu’ayant bénéficié d’une éducation plutôt classique dans ce qu’on pourrait appeler un milieu familial haut de gamme en termes de culture, ce qui m’a permis d’étendre considérablement mon vocabulaire, (À la fin du primaire j’avais lu la presque totalité des livres de la bibliothèque de l’école, un enseignant avait même vérifié auprès de ma mère si je lisais vraiment tous les livres que j’empruntais. Étant asthmatique et donc immobilisé la plupart du temps, la réponse est oui.) la vie a fait que j’ai passé les quelques 40 dernières années avec des bucherons et des chauffeurs de taxi. Dixit ma mère : «Comment ça se fait que tu parles comme ça, tu parlais si bien quand tu étais petit.».

Ceci dit, je demeure un maniaque du bon parler québécois et vous trouverez dans ce blogue tout ce qui me tombe sous les yeux comme fautes graves. Cependant, je ne soulignerai jamais les écarts de langue du monde ordinaire. Chacun parle comme il a appris à parler, point final. Les professionnels des communications par contre……Si j’accepte que Mme Tartempion de St-Perdu du Québec parle de ses 8 zenfants, je ne pardonne pas au journaliste qui parle des 5 zarticles du règlements XXX. Tous ceux qui, d’une façon ou d’une autre, communiquent professionnellement avec le public ont le devoir de respecter notre langue et surtout : ne pas utiliser d’anglicismes. Ça ne veut pas dire que la langue ne s’enrichisse pas, par exemple essayez de traduire le mot anglais « Blog » ça ne se fait pas, on a donc inventé le mot « Blogue ». À l’inverse, certains mots ont une traduction correcte qu’on doit utiliser, par exemple l’expression e-mail, qu’on trouve un peu partout en français peut très bien se traduire par le mot « Courriel » populaire au Québec seulement.

Cependant, avec l’avènement des médias sociaux auxquels monsieur et madame tout le monde participent, je pense qu’il faut montrer un peu de tolérance. Les pages de blogues, Twitter et autres Facebook publiées par des gens ordinaires ne seront jamais la cible de mon ire; par contre, Denis Coderre ou autres Gilbert Rozon de la planète Twitter ont, eux, le devoir de s’exprimer correctement. Compte tenu de mon éducation, je me considère comme ayant le même devoir. J’écris comme je parle mais ça n’excuse pas les fautes d’orthographe, si vous en trouvez dans mes textes, prière de me le signaler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>