Le Grand Prix : Un vrai bordel

La fin de semaine du Grand Prix du Canada à Montréal aura été haute en événements. Les agissements de la police comme celle des manifestants (et la précision « manifestants » n’est pas de trop), méritent des commentaires. Je ne suis vraiment pas certain, en fait je suis sûr du contraire, que les associations étudiantes : CLASSE, FEQ, ou FEUQ soient à l’origine de ces actions.Premier affrontement jeudi pour la soirée gala. Ici, ma première constatation va pour le travail efficace de la police. Oui,oui, je sais, je suis rarement du côté policier en regard des dernières manifestations pré Grand Prix. Cependant, je dois avouer qu’ils ont utilisé la tactique que je suggérais, à peu de chose près dans mon billet « Faut casser les casseurs 2″, soit : repérer les fauteurs de troubles et les extirper du groupe. C’est exactement ce qu’ils ont fait et ça n’a pas été trop difficile. Dans le premier groupe, on pouvait clairement voir les membre du Black Block, ou en tous cas les casseurs, se changer en « ninja » sous le couvert des parapluies ou des drapeaux noirs. On pouvait tout voir clairement de l’hélicoptère TVA. Plus tard, à l’intérieur de la souricière, on voyait ces mêmes « ninja » revenir à leur vêtement civils à la vitesse grand V. Révélateur pour dire le moins!

Plus tard sur Ste Catherine, ces mêmes manifestants ont tenté d’envahir la rue Crescent. J’y ai constaté deux choses :
L’agressivité des manifestants et encore l’efficacité de la police qui a foncé à fond de train. Mais il était très visible une fois de plus que la police en avait après les « ninja ».

Ce manifestant a-t-il l’air inoffensif?

Je les ai vus clairement zigzaguer à travers tout un tas de manifestants sans les interpeler pour s’attaquer spécifiquement aux hommes ou femmes en noir. À preuve, ils ont confisqué des masques, des lunettes de ski, des projectiles et même un « Cocktail Molotov.

Le samedi, c’est la confusion totale, des manifestants un peu partout, des affrontements, des arrestations. Plus grave, il semblerait qu’un chauffeur de taxi impatient a volontairement renversé 3 manifestants (ou simple passants), à suivre. Sachant que ça casserait un peu, j’en ai profité pour faire un test. J’ai programmé mes 2 enregistreurs numériques pour enregistrer RDI et LCN entre 19 heures et minuit et, durant la nuit, j’ai regardé les deux. N’en déplaise à Radio-Canada et aux Radio-Canadiens, j’ai obtenu beaucoup plus d’infos utiles et variées à LCN. Couverture impeccable, surtout grâce à Maxime Landry et son hélico.

Bilan : malgré les manifs et les menaces, les commerçants directement visés par le Grand Prix ont fait, à une exception près, des affaires d’or. On a même parlé qu’on avait plus de monde que l’an passé au centre-ville. Alors y est où le problème.

Finalement, il y avait sûrement beaucoup de jeunes dans la rue, mais j’ai eu beau observer attentivement, je n’en ai pas vu beaucoup arborer le carré rouge. Je demeure convaincu que ces manifs n’ont pas été organisées par les associations. C’est la CLAC, groupe beaucoup moins crédible à mon avis, qui a « callé la shot », pas les étudiants.

Un dernier mot sur le profilage : si les policiers procède effectivement à un profilage social pour empêcher l’accès à un site, la réponse est simple : enlevez votre petit carré rouge, cachez-le au fond de votre poche, et ressortez-le une fois en dedans du périmètre.

dinosaure@radoteur.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>